samedi, juillet 20, 2024

Les perspectives du pétrole africain en 2023 sont prometteuses

0 commentaire

Il y a quelques années, l’industrie énergétique africaine était en mode survie. La pandémie de COVID-19 avait pratiquement éliminé la demande de pétrole brut et les exportations africaines avaient fortement chuté.

C’est pourquoi, bien que de nombreux États africains ressentent encore les blessures infligées par le COVID, je trouve encourageant d’apprendre que l’offre de liquides en Afrique en 2023 a atteint près de 7 millions de barils par jour (Mbps/j), soit plus de 430 000 barils par jour (bpj) de plus que les niveaux les plus bas de l’Afrique en 2020, qui étaient d’environ 6,55 Mbps/j.

Ces progrès figurent parmi les sujets abordés dans le rapport « State of African Energy Q1 2023 Report » (Rapport sur l’état de l’énergie en Afrique au 1er trimestre 2023) de la Chambre africaine de l’énergie, qui sera bientôt publié. Le rapport détaille les tendances émergentes qui façonnent l’économie pétrolière mondiale et souligne le rôle de l’Afrique dans la satisfaction de la demande mondiale.

Les perspectives générales de la production pétrolière africaine en 2023 sont prometteuses.

Les approvisionnements énergétiques russes vers l’Europe continuent de diminuer à la suite de la guerre en Ukraine, l’Afrique est prête à augmenter ses exportations de pétrole et de gaz naturel vers le continent, et les approvisionnements pétroliers africains devraient rester stables tout au long de l’année 2023 et au-delà.

Souligner le rôle de l’Afrique dans l’économie pétrolière mondiale

Le rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » fournit plusieurs informations essentielles sur la production pétrolière africaine pour le reste de l’année.

  • En 2023, la production mondiale de liquides (brut + condensats) devrait rester stable, avec une moyenne annuelle de 83,4 millions de bpj.
  • L’approvisionnement en liquides de l’Afrique devrait contribuer à hauteur de 8 % du volume mondial au cours de l’année.
  • Les cinq principaux producteurs du continent – le Nigeria, la Libye, l’Algérie, l’Angola et l’Égypte – contribueront à plus de 80 % de la production de liquides de l’Afrique en 2023.

Alors que la majorité de la production du Nigeria et de l’Angola provient de projets offshores, la production de l’Algérie, de la Libye et de l’Égypte provient de leurs champs onshore respectifs. La Libye devrait augmenter sa production en 2023 à mesure que la guerre civile s’apaise.

De nouveaux projets sur tout le continent alimenteront l’offre en 2023

Un certain nombre de nouveaux projets devraient stimuler l’offre africaine en 2023.

Au Nigeria, le projet Bonga North de Shell, qui pourrait contenir jusqu’à 525 millions de barils de brut, pourrait aider le pays à faire remonter sa production à ses niveaux d’avant la pandémie. La production du Nigeria est en train de rebondir, atteignant en février son plus haut niveau depuis un an, soit 1,44 million de barils par jour, et représentant les deux tiers de l’augmentation de la production pétrolière de l’OPEP ce mois-là.

Grâce à un investissement de 10 milliards de dollars de TotalEnergies, le développement du lac Albert en Ouganda, ainsi que les projets Tilenga et Kingfisher et l’oléoduc est-africain (EACOP) de 1 500 km, devraient produire jusqu’à 230 000 barils par jour.

Le Ghana devrait doubler sa production pour atteindre plus de 400 000 barils par jour grâce aux récentes découvertes dans le bloc Deepwater Tano Cape Three Points, exploité par la société norvégienne Aker Energy. Le Ghana jouera un rôle important dans les perspectives de la région cette année, car il rouvrira également sa raffinerie de pétrole de Tema, d’une capacité de 45 000 barils par jour.

Au Sénégal, le développement du champ de Sangomar, achevé à 60 % en septembre dernier, devrait produire son premier pétrole cette année. Le projet de 4,6 milliards de dollars, mené par Woodside Energy en partenariat avec la société pétrolière nationale sénégalaise Petrosen, devrait produire environ 231 millions de barils de pétrole au cours de sa première phase de développement, avec des ressources pétrolières récupérables totales estimées à environ 500 millions de barils au cours de sa durée de vie.

La production angolaise est montée en flèche, atteignant 34,29 millions de barils en janvier, soit une augmentation de plus de 580 000 barils par rapport au mois précédent. Sa capacité a plus que triplé depuis l’achèvement de la réhabilitation et de l’expansion de sa raffinerie de Luanda, d’une capacité de 65 000 barils par jour.

Ces chiffres impressionnants représentent une tendance de croissance significative pour l’Afrique à l’horizon 2023. Avec plus de 70 projets pétroliers et gaziers devant entrer en service d’ici 2025, les analystes prévoient que l’Afrique pourrait produire jusqu’à 2,3 millions de barils de brut par jour d’ici 2025.

L’augmentation de la production de pétrole est synonyme de renouveau pour les économies africaines 

 Les données et les prévisions de notre rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » dressent un tableau encourageant de l’industrie énergétique africaine. Dans un marché mondial du pétrole et du gaz en pleine turbulence, la production pétrolière du continent est stable et en croissance. Notre industrie pétrolière et gazière est prête à donner un nouveau souffle à nos économies et à créer de nouvelles opportunités pour les Africains en 2023.

Par NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie