samedi, juillet 20, 2024

Vers un changement géographique dans l’industrie du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) en Afrique

0 commentaire

L’industrie mondiale du gaz naturel liquéfié (GNL) a connu de nombreux bouleversements et changements au cours des dernières années. Elle a vu la demande et les niveaux de prix fluctuer fortement à court terme face à des chocs géopolitiques tels que la pandémie de COVID-19 et l’invasion russe de l’Ukraine, et elle a dû faire face à des questions difficiles sur son avenir face à l’inquiétude généralisée concernant le rôle des combustibles fossiles dans le changement climatique.

Le secteur africain du GNL n’a pas été épargné par ces bouleversements. Il a vu de grands projets retardés, réorganisés et parfois même annulés en réponse à la pandémie, et il a attiré l’attention d’investisseurs européens désireux de s’assurer un approvisionnement alternatif à celui du gaz russe. (Elle a également dû défendre son propre droit à aller de l’avant en matière de développement, face à des militants écologistes et à des fonctionnaires déterminés à bloquer les projets liés aux combustibles fossiles, même face à la pauvreté énergétique persistante de l’Afrique).

Mais ces tendances de haut niveau ne sont pas les seules sources de changement pour l’industrie africaine du GNL. D’autres évolutions sont en cours, comme l’explique la Chambre africaine de l’énergie (AEC) dans son rapport récemment publié, « The State of African Energy Q2 2023 Outlook » (L’état de l’énergie en Afrique au deuxième trimestre de 2023).

J’aimerais mettre l’accent sur l’un de ces changements.

Statu quo à court terme

Au début de l’année, l’AEC a indiqué dans son rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » que le continent africain était en passe de voir sa production de GNL et sa capacité d’exportation augmenter de manière significative.

Le rapport prévoyait que cette croissance se produirait en partie grâce à de nouveaux projets au large des côtes de pays tels que le Sénégal, le Congo, la Mauritanie, le Mozambique et la Tanzanie, et en partie grâce à l’expansion de la capacité dans les États producteurs de gaz établis tels que l’Algérie, le Nigéria et l’Angola. Il a également expliqué que les producteurs établis représenteraient la plus grande part de la croissance à court terme, étant donné que les nouveaux venus dans le secteur ne seraient pas en mesure d’apporter des contributions majeures avant une période beaucoup plus tardive de la décennie.

L’AEC s’attend à ce que ces prévisions se confirment, et le nouveau rapport trimestriel indique que le Nigeria et l’Algérie devraient rester les principaux fournisseurs de GNL de l’Afrique entre 2023 et 2027. Il note également que le centre de gravité du secteur gazier africain subit un changement géographique, à savoir un déplacement de l’équilibre du nord et de l’ouest vers l’est, grosso modo.

Un déplacement vers l’Afrique de l’Est

Actuellement, sept pays africains produisent du GNL pour l’exportation : L’Égypte, l’Algérie, le Nigeria, la Guinée équatoriale, le Cameroun, l’Angola et le Mozambique. Quatre de ces pays (Nigeria, Guinée équatoriale, Cameroun et Angola) se trouvent sur la côte ouest de l’Afrique, tandis que deux autres (Égypte et Algérie) sont situés au nord, le long de la Méditerranée. Un seul pays (le Mozambique) se trouve sur la côte orientale de l’Afrique – et c’est, pour mémoire, le dernier venu dans les rangs des producteurs de GNL.

Plusieurs autres pays souhaitent rejoindre ces rangs d’ici 2035, notamment le Sénégal, la Mauritanie, la République du Congo, la Tanzanie et l’Éthiopie. En outre, le Nigeria et le Mozambique ont l’intention de mettre en service plusieurs nouvelles usines de GNL pour compléter les installations existantes.

En d’autres termes, l’Afrique peut s’attendre à la construction de plusieurs nouvelles unités de production de GNL sur les côtes ouest et est au cours de la prochaine décennie. Mais comme le souligne « The State of African Energy Q2 2023 Outlook », la construction ne sera pas équilibrée entre les deux côtes.

Au contraire, l’Afrique de l’Est représentera la part la plus importante, car les installations qui entreront en service au Mozambique, en Tanzanie et en Éthiopie seront de plus grande envergure et auront une capacité combinée plus importante que leurs homologues en République du Congo, au Nigéria, au Sénégal et en Mauritanie. Par exemple, la République du Congo envisage d’utiliser le gaz du bloc offshore Marine XII pour alimenter deux navires GNL flottants (FLNG) pouvant produire 3 millions de tonnes par an (MMtpa), tandis que la Tanzanie envisage d’utiliser le gaz des sites offshore connus sous le nom de blocs 1, 2 et 4 pour alimenter une usine GNL à terre pouvant produire 15 MMtpa.

Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Il existe des différences d’échelle comparables entre, par exemple, l’unité FLNG que le géant britannique BP utilisera pour produire 5 millions de tonnes par an de GNL à partir du bloc Greater Tortue Ahmeyim (GTA) au large des côtes du Sénégal et de la Mauritanie, et l’usine terrestre de 12,88 millions de tonnes par an que la société française TotalEnergies est en train de construire au Mozambique.

Il semble donc que l’industrie africaine du GNL se dirige vers un déplacement géographique vers l’est. Bien sûr, de nouvelles capacités de production de GNL seront mises en service le long de la côte ouest. Toutefois, les nouvelles capacités de production de GNL qui seront mises en service le long de la côte est seront bien plus nombreuses.

De longs délais pour les changements géographiques

Mais il existe également des différences significatives dans les calendriers d’expansion le long des deux côtes, les projets de la côte ouest devant être opérationnels bien plus tôt que ceux de la côte est.

Par exemple, la République du Congo est en passe de voir son premier FLNG entrer en service d’ici la fin de 2023, suivie par le Sénégal et la Mauritanie avec le GTA au début de 2024. En revanche, l’usine de GNL de TotalEnergies au Mozambique ne devrait pas commencer ses activités commerciales avant 2027 ou 2028, et la Tanzanie ne devrait pas suivre avant 2030 au plus tôt, puisqu’elle ne prendra pas de décision finale d’investissement avant 2025.

En outre, Tanzania LNG n’est pas le seul projet de la côte est qui n’a pas encore atteint le stade actif. Au Mozambique, par exemple, l’entreprise américaine ExxonMobil devrait également attendre 2025 pour prendre une décision finale d’investissement pour son projet Rovuma LNG, tandis que l’entreprise italienne Eni n’a que récemment entamé des discussions avec des responsables à Maputo sur l’utilisation d’un deuxième navire FLNG pour le projet Coral Norte proposé.

En d’autres termes, le déplacement du secteur africain du GNL vers l’est va prendre du temps. En effet, il ne sera probablement pas évident avant la fin de la décennie, étant donné que les projets de nouvelles constructions ayant les délais les plus courts visent la côte occidentale du continent.

En outre, même si les nouvelles installations de la côte ouest entrent en service, elles continueront d’être éclipsées par les installations plus importantes des États producteurs de GNL établis. Ainsi, l’abandon des poids lourds actuels de l’industrie, tels que l’Algérie et le Nigeria, prendra du temps.

 

Par NJ Ayuk, président exécutif, African Energy Chamber