Sénégal

Sondage sur les utilisateurs de CAMPUSEN : 2,2% ignorent les inscriptions en ligne

Un sondage sur l’utilisation de la Plateforme Campusen a été réalisé auprès de nouveaux bacheliers par l’Union nationale des parents d’élèves et étudiants du Sénégal (Unapes). Il ressort de cette enquête que 2,2% des sondés ne savaient pas qu’il fallait procéder aux inscriptions sur internet.

 

L’Union nationale des parents d’élèves et étudiants du Sénégal (Unapes) a réalisé, du 15 avril au 23 mai 2017, un sondage auprès de nouveaux bacheliers de l’année 2016. Cette enquête, la première du genre au Sénégal, a été faite pour recueillir l’avis des utilisateurs de la plateforme d’inscription sur internet, Campusen, par les nouveaux bacheliers. Il ressort de ce sondage, selon un communiqué parvenu hier à EnQuête, que 2,2% des sondés ne savaient pas que pour s’inscrire, il fallait le faire en ligne.

Malgré des progrès constatés, ce moyen d’inscription doit bénéficier d’une plus grande publicité et doit faire l’objet d’une réflexion soutenue en vue d’améliorer constamment son organisation, selon la même source. ‘’Nous savons pertinemment qu’elle est loin d’être parfaite, en particulier en ce qui concerne la représentativité de l’ensemble de la population (absence d’échantillonnage), mais au moins elle a le mérite d’exister et de montrer la voie’’, souligne la note.

Avez vous lu cet article :  Comment s’inscrire sur Campusen et créer son dossier d’orientation

D’abord il démontre que 92% des nouveaux bacheliers (50 400) se sont inscrits sur la plateforme en ligne. Dans un premier temps, 28 000 ont été orientés dans les universités publiques et ensuite 19 503 l’ont été dans le privé.

En plus, l’enquête a révélé que 20% des utilisateurs ont un accès Internet difficile, 16,5% ont dû se rendre dans un cybercafé pour pouvoir se connecter à la plateforme Campusen. Parmi ceux qui ne disposent pas de connexion mobile ou permanente, 16% doivent parcourir plus d’un kilomètre pour pouvoir se connecter. La connexion par tablette ou Smartphone (48%) est quasi-identique à celle par ordinateur (52%). D’où, indique  le communiqué, la nécessité d’une portabilité intégrale de la plateforme pour la connectivité mobile. En effet, 927 nouveaux bacheliers ont répondu au sondage soit 1,8%. Ailleurs l’utilisation de la plateforme pose problème.

‘’15% des sondés trouvent difficile la création d’un compte campusen’’

15% des sondés trouvent très difficile ou difficile la création d’un compte Campusen. Ils sont 32% à avoir eu au moins une fois un problème de mot de passe. ‘’La procédure de choix des filières est jugée très difficile ou difficile par 25% des sondés et 23% pour ce qui concerne la procédure de classement des filières à l’issue du choix’’, retrace la note.

‘’A l’issue de l’inscription, les bacheliers reçoivent par mail une copie de leur dossier. Celle-ci est aussi disponible dans le dossier en ligne. Cette dernière possibilité était méconnue par 15% des sondés. Mais il faut noter que 2,4% qui ont réussi le téléchargement ont été dans l’incapacité d’ouvrir et de lire le fichier. En effet, lors du téléchargement, le fichier ne comporte pas l’extension « PDF », d’où les difficultés d’ouverture’’, fait savoir l’Unapes.

Lire aussi l’article : Campusen : Comment bénéficier du programme « Un étudiant, un ordinateur » !

Ainsi, la plupart des problèmes ont été résolus, soit en faisant appel à une personne maitrisant mieux la procédure et/ou l’informatique (26%), soit en passant d’un appareil mobile à un ordinateur bureau ou portable, (32%). Une grande part des sondés (69%) plébiscitent la mise en service d’une ‘’Hot line’’ (SOS CAMPUSEN) par téléphone ou Internet. Ils sont également 71% à désirer la mise en place de ‘’permanences’’ Campusen dans les régions. Enfin 58% des étudiants interrogés considèrent que la plateforme est pratiquement inutilisable.

Sur la portabilité, 80% plébiscitent l’utilité d’une application dédiée (Android ou Apple), car 27% ont souligné un problème pour le classement des filières s’ils utilisaient un smartphone ou une tablette. En somme, beaucoup d’entre eux croient qu’il faut faire autant de reports pour atteindre le maximum, trouvent insatisfaisant le délai d’attente entre la clôture des orientations et la publication des listes. Les informations sont jugées insuffisantes. Dans la validation du dossier pour le privé, un fort taux d’abandon de 36% de la plateforme a été noté et d’autres ne savent pas pourquoi leur dossier n’a pas été traité.


Comments

comments

Comments
To Top