L’année passée dans la Silicon Valley j’ai rencontré un groupe de devs (de l’Afrique de l’est et australe ) leads de communautés dev FB venus assister au F8 invités par FB, en se présentant ils m’ont demandé quel est le pays dont je suis le lead. Je leur ai dis que je n’étais lead d’aucune communauté. Etonnés, ils me demandent comment se fait il alors que je sois à la conférence.

 

Je leur ai expliqué que j’ai suivi la voie normale c’est à dire : j’ai acheté mon ticket, pris mon billet d’avion, demandé mon visa comme le font tout ceux qui assistent aux (vrais) events Techs (Google I/O , WWDC d’Apple, DockerCon….). Ils venaient de réaliser qu’on pouvait assister à des événements en tant qu’Africain sans attendre une invitation et une prise en charge.

 

Cette année j’ai vécu la même scène. Cela n’est pas surprenant si on regarde sur les réseaux sociaux, les plus grands buzzers (et influenceurs ) quand ils sont invités font les publications de captures d’écran de leur mail d’invitation, genre (comme si) la seule fois qu’ils voyagent c’est quand ils sont invités. Sans le savoir ils alimentent le mythe selon lequel pour voyager tu as besoin de participer à un programme financé par l’occident.

Quand je donne des fois mon avis sur la came que certains nous vendent en Afrique certains disent que je suis courageux, hater, condescendant… oubliant que c’est juste parce que je ne suis pas “redevable” à ceux qui ont comme valeur ajoutée dans la vie de notre jeunesse la possibilité d’avoir un billet d’avion et une prise en charge…

Lire aussi l’article : Concours, forum, hackathon. Ne soyons pas les béni-oui-oui de l’écosystème digital

Si seulement notre génération pouvait réaliser qu’elle a plus de valeur qu’un billet d’avion, 3 nuits d’hôtel à Paris ou ailleurs , et d’arrêter de donner plus de poids à des personnes de l’autre côté du continent dont le Q.I n’a jamais été plus élevé que le nôtre avoir un leverage sur nous on rentrerait dans une autre dynamique.

Cela ne touche pas que tout ce qui est lié au digital,à l’entreprenariat, même les activistes, les panafricanistes…toute initiative recherche un sponsoring de l’autre côté… Au même moment on déplore la dépendance de notre continent envers l’aide, mais à notre petite échelle nous le faisons. On peut ouvrir un hub d’innovation? demandons de l’aide, on veut organiser un événement sur la démocratie , la gouvernance? allons toquer chez les hollandais…. aller aux U.S? essayons le Yali, ou bien espérer le IVLP…Découvrir Paris?….buzzons un peu maybe un pourra avoir une invitation comme étant un jeune entrepreneur africain innovant…

Lire aussi l’article :Non ! Jumia n’est pas une startup africaine! ( analyse de Issam Chleuh)

Je ne dis pas qu’il faut refuser des invitations (c’est très bien de vivre des expériences et faire du tourisme aux frais d’autres personnes ) mais juste que cela ne doit pas être notre seule solution.

Bref nous valons mieux que tout cela.

Kuassi Jimmy Kumako