L’édition Orange Fab 2019 a déployé les gros moyens pour mieux accompagner les startups sénégalaises. Cette année, ils sont 5 à être choisies par le programme d’incubation de la Sonatel. Pour démarrer leur business et recevoir un accompagnement personnalisé, chacune des nominées recevra 10 millions de francs cfa.

Lancé en 2016, le programme a accueilli au début deux startups incubées, puis deux autres en 2017. Aujourd’hui les portes sont ouvertes à cinq startups. Les candidats retenus parmi les startups en lice sont dans diverses activités : la vente en ligne d’habits « Made in Sénégal » avec Tongoro de Sarah Diouf, récente lauréate de la Linguère Digitale Challenge ; la commande en ligne de produits halieutique respectant les normes d’hygiène et de qualité (Aywajeune) ; la réalité virtuelle ; le recyclage de batteries d’ordinateurs pour en faire des lampes solaires ; enfin des solutions contre le vol de bétail avec Africa Smart Citizen de Mamoudou Elimane Kane.

« Nous avons pour mission de les accompagner, de les faire monter en compétence mais aussi de nouer des partenariats-business solides avec le groupe Orange et ses partenaires externes, explique Cheikh Tidiane Diop, responsable de l’Open Innovation à la Sonatel dont fait partie  Orange Fab. Le programme de six mois se bonifie cette année du coaching effectué par 36 personnes. Le mentorat fait également partie de l’accompagnement des startups de l’édition 2019.

« Nous aidons les startups à améliorer leur business model, à avoir le bon positionnement aussi bien sur le plan du produit, du service, du prix que de la communication. Ainsi la chance de réussite s’accélère. Nous les aidons à trouver des financements car même en donnant 10 millions par startup, nous ne sommes pas un fonds de financement », tient à préciser Omar Gueye Ndiaye, Directeur général de Orange multimédia et directeur de la stratégie et du développement, qui a Orange Fab sous sa responsabilité. Il tire un bilan positif des  trois premières éditions puisque notant une progression importante dans le business des startups autant en termes de notoriété, de développement des services, des produits, des revenues que de la rentabilité.

En guise d’exemple, Cheikh Tidiane Diop cite avec fierté Bayseddo qui a pu « lever 50 millions de f Cfa auprès des agents de la Sonatel pour lancer des campagnes agricoles au nord du pays ». Cette année, tous les investisseurs de Bayseddo ont reçu leurs dividendes. Moussa DIOP