Le président français Emmanuel Macron et les chefs d’État du G7 ont apporté, dimanche, un soutien global de 251 millions de dollars sous forme de prêts à l’initiative AFAWA portée par la Banque africaine de développement  en faveur de l’entrepreneuriat féminin en Afrique.

« Je suis particulièrement fier, en tant que président en exercice du G7, que la solution que nous portons aujourd’hui, l’initiative AFAWA, vienne d’une organisation africaine, la Banque africaine de développement, qui travaille avec un fonds de garantie africain et un réseau de banques africaines », a déclaré le président français lors d’un point de presse organisé au Sommet du G7 à Biarritz, station balnéaire du sud-ouest de la France.

Le mécanisme de partage des risques d’AFAWA (Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique) est une solution concrète aux engagements internationaux et une réponse directe à l’appel lancé par les femmes pour débloquer l’accès au financement, en particulier à la résolution sur la nécessité d’établir un mécanisme de financement pour l’autonomisation économique des femmes, qui a été adopté lors du Sommet des chefs d’État de l’Union africaine en janvier 2015 et assignée à la Banque africaine de développement pour mise en œuvre.

« Les femmes africaines sont la colonne vertébrale du continent. Je suis heureuse de porter leur voix ici, au G7. L’initiative AFAWA est déterminante pour notre continent », a plaidé l’artiste béninoise Angélique Kidjo, invitée au point de presse en tant qu’ambassadeure du programme.

De son côté, le président de la Banque, Adesina Akinwumi, a salué le « soutien extraordinaire de tous les chefs d’État et de gouvernement du G7, permettant de donner un élan formidable » au programme AFAWA.