La plateforme de diffusion en ligne américaine Netflix diffuse à partir de vendredi sa première série originale « made in Africa », une saga d’espionnage baptisée « Queen Sono » avec en vedette l’actrice sud-africaine Pearl Thusi.

Réalisés par le metteur en scène sud-africain Kagiso Lediga, les six épisodes racontent les tribulations de l’agente des services de renseignements Queen Sono, qui enquête sur un dangereux réseau politico-criminel et le meurtre de sa mère.

Selon la responsable de Netflix pour l’Afrique, Dorothy Ghettuba, la production a été tournée au Kenya, à Zanzibar (Tanzanie), au Nigeria et en Afrique du Sud.

Lire aussi l’article: Après les films, Netflix produit sa première série d’animation africaine et cherche des talents

Elle a été présentée jeudi soir en grande pompe et sur tapis rouge à Johannesburg.

« Cette série est exactement ce que nous voulions faire, c’est-à-dire laisser des Africains raconter des histoires sur l’Afrique », a commenté à cette occasion Ted Sarandos, le responsable des contenus originaux de Netflix.

« J’ai toujours eu le visage d’une femme africaine forte », a de son côté indiqué l’actrice principale.

« Ce n’est pas nouveau pour moi mais maintenant je représente à l’écran un personnage qui, je crois, reflète ce que sont toutes les femmes noires en Afrique, des femmes fortes », a poursuivi Pearl Thusi, connue au-delà du continent pour sa participation à la série policière américaine « Quantico ».

Dans un monde culturel mondialisé écrasé par les productions américaines, la petite fenêtre africaine ouverte sur le monde par Queen Sono a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme dans la plus grande ville sud-africaine.

« Ca montre que nous les Africains pouvons nous-mêmes réaliser de grandes choses », a estimé Lufuno Mutheiwana, une vendeuse de 48 ans interrogée par l’AFP, « nous n’avons pas besoin des Européens, des Asiatiques ou de qui que ce soit d’autre pour raconter notre histoire ».

« C’est un grand moment de fierté. Nous avons tant de bonnes histoires, exaltantes, fortes qui doivent être racontées », a insisté l’actrice, mannequin et chanteuse sud-africaine Gail Mabalane, « j’espère que ce n’est que le début ».

Selon Dorothy Ghettuba, Netflix travaille déjà à d’autres séries télévisées africaines.

Partager

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet