Après nous avoir permis d’être si interconnecté, le fondateur de la toile veut nous permettre d’avoir le contrôle sur nos données qu’utilisent les entreprises et organisations. Ainsi, Tim Berners-Lee annonce une version professionnelle de la plateforme Solid.

Le projet repose sur l’utilisation de « Pods », des sortes d’entités de stockage en ligne, par lesquelles les utilisateurs de services peuvent choisir facilement, au cas par cas, quelles données les organisations et sites web peuvent récolter et utiliser, et sur quelles durées.

Lire aussi :Happy Internet : Le web fête ses 25 ans d’existence

Solid et Inrupt, les deux faces du projet de Tom Berners-Lee

En 2015, le fondateur du World Wide Web lançait Solid, un projet open-source développé au sein du Massachussets Institute of Technology, en partant du constant que les internautes perdait le contrôle de leurs données en ligne.

Solid, pour Social linked data, propose ainsi aux utilisateurs de prendre possession de leur propre magasin de données, dans une sorte de module personnel. À l’heure actuelle, chaque application, chaque service, récolte les informations numériques des utilisateurs et les conserve de façon close, selon leurs propres règles d’utilisation.

Selon Techcrunch, repris par clubic, le principe de Solid est d’inverser les rôles : chaque utilisateur aurait à sa disposition un ou plusieurs Pods (« Personal Online Data Stores ») réunissant ses différents appareils numériques. Partant de là, les organisations, entreprises ou gouvernement doivent alors demander l’autorisation aux utilisateurs d’accéder à leur Pods pour récolter des données. L’utilisateur a ainsi tout contrôle sur les informations qu’il donne, à qui, pendant combien de temps et dans quel contexte.

« Si vous voulez que vos amis aient accès à vos photos de vacances, vous le leur donnez par l’intermédiaire de votre module. Si vous voulez que votre thermostat partage des données avec votre climatiseur, vous leur donnez à tous les deux accès par votre module », résumait Tim Berners-Lee, cité par Numerama.

En partant de ce projet, Tim Berners-Lee a créé, en 2017, la start-up Inrupt, le bras armé de Solid, qui a permit de récolter 20 millions d’euros de financement jusqu’à ce jour au projet.

La version professionnelle de Solid est lancée

Dans un communiqué, Tim Berners-Lee annonce, à travers Inrupt, le lancement de Solid pour les entreprises : Enterprise Solid Server. Avec cette version, les développeurs peuvent construire leur application en utilisant un SDK pour utiliser les Pods et demander l’accès aux données dont ils ont besoin, par exemple pour payer des taxes ou donner des informations médicales.

Pour le moment, l’entreprise a collaboré avec plusieurs organisations comme la BBC, le National Health Services (NHS) – le système de santé britannique – ou le gouvernement flamand, en Belgique. Dans l’exemple du NHS, des patients sélectionnés vont pouvoir, via les Pods, contrôler leurs données de santé et les institutions qui ont le droit de les utiliser. « Les patients vont pouvoir permettre à des docteurs, à la famille ou à des aidants à domicile de lire certaines de leurs données via les Solid Pods, puis ajouter des notes ou des observations auxquelles d’autres docteurs pourraient ensuite accéder pour améliorer la prise en charge des patients », explique l’entreprise dans son communiqué.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet