Décidément, la pandémie n’épargne aucun segment. Selon  Babacar Ba banquier et consultant international, invité à la matinale d’Iradio, la banque mondiale estime que c’est à peu près 20% de réduction des flux de transferts d’argent qui est attendue.

Ce qui, dit-il, va impacter l’économie mondiale. « Nous sommes entrés en récession. Pour le Sénégal, concrètement, ce sera 13% de baisse des flux attendus. C’est 1200 milliards que la diaspora a envoyé en 2019. Un montant qui représente 13,6% du Produit intérieur Brut du Sénégal. C’est une somme extrêmement importante qui joue deux rôles. Au niveau micro-économique, ça permet de réduire drastiquement la pauvreté parce que ça augmente la consommation des ménages et au niveau macroéconomique, ça participe à la consolidation de la balance des paiements extérieurs. Ces flux sont beaucoup plus stables que les investissements étrangers », dit-il.

Lire aussi l’article : UVS et la RTS s’engagent pour une transformation efficace des systèmes d’apprentissage

D’après le banquier, cette baisse aura des impacts sur l’économie sénégalaise. C’est pourquoi il estime qu’il faut, en cette période de la maladie du coronavirus, réduire les frais de transfert.

La réduction des frais de transfert d’argent, poursuit-il, permettra à la diaspora de mieux faire face à la crise. Mieux, elle permettra à la diaspora de pouvoir maintenir le même niveau d’envoie et permet, selon les statistiques, à l’Afrique de mobiliser 15 milliards de dollars supplémentaires pour financer son développement.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet