Expresso, la filiale sénégalaise du groupe Sudatel, risque de perdre sa licence de téléphonie. Le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) lui a servi une mise en demeure à cet effet.

C’est connu et reconnu: l’équilibre du secteur des télécommunications est forcément tributaire de la présence, sur le marché, d’opérateurs qui ont à peu près le même poids tout en utilisant des technologies similaires. Autrement dit, malgré le principe de la neutralité technologique , la satisfaction des besoins des populations requiert de la part d’un opérateur , de se mettre en diapason des exigences actuelles en matière de qualité de service et de délais de téléchargement reçus (document ou contenu audiovisuel) or, depuis quelques années , l’opérateur Expresso Sénégal, filiale du groupe Sudatel , n’investit plus pour le confort de ses clients surtout en matière de connexion.

Les rendez-vous toujours repoussés pour prendre la 4G, en dépit des engagements pris dans ce sens auprès du peuple sénégalais, en continuant des preuves éloquentes, à cela s’ajoutent des manquements notoires relevés dans le cadre de l’audit en cours du cahiers des charges opérateur.

LIRE AUSSI  Port du bracelet électronique: Les précisions du ministre de la Justice

Expresso doit ainsi 7 milliards de CFA à l’agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) .

Face à cette situation et surtout dans un contexte  de pandémie  ou la restriction des mouvements de nos concitoyens est en partie compensée par la fourniture de services de télécommunications corrects en matière de connexion, l’Artp a décidé de sévir contre Expresso Sénégal afin de rééquilibrer le marché et d’assurer aux clients des prestations adaptées à leurs besoins actuels .

Abdoul Ly, le Dg de l’Artp , qui se distingue tout à son honneur avec des discours musclés concernant la qualité de service et la satisfaction des besoins des populations, notamment ceux qui vivent dans des zones reculées ou frontalières, n’y est pas allé par quatre chemins.

Après avoir mis en demeure Expresso, pour défaut d’investissement et non respect de ses engagements, Abdoul Ly s’acheminent résolument, de guerre lasse , vers le retrait de la licence de l’opérateur défaillant.

Toutefois, au vu des opportunités offertes au Sénégal en matière de télécommunication, en attestant les demandes de candidature reçues dans ce sens, il serait vraiment regrettable que l’opérateur Expresso quitte ce marché aussi prématurément , ce, alors qu’un potentiel énorme s’offre à lui; à condition seulement de consentir les investissements nécessaires pour moderniser ses prestations et occuper l’espace économique qui lui est réservé, à l’instar des autres opérateurs.

LIRE AUSSI  Campus universitaire franco-sénégalais: Macky Sall demande au MESRI de parachever la mise en place opérationnelle

En tout cas, selon nos sources, Expresso à intérêt à jouer sa dernière carte, au risque de voir sa licence retirée, car la procédure y afférente est enclenchée par le Directeur général de l’Artp, après plusieurs tentatives d’amener l’opérateur à comprendre ce qui est attendu de lui par les Sénégalais et les autorités étatiques . A défaut , le couperet déjà bien aiguisé va bientôt tomber.

Avec Libération

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet