jeudi, juillet 7, 2022

Le Sénégal a démarré les travaux de l’Enquête nationale sur les services financiers numériques

0 commentaire

Le ministère sénégalais en charge des finances et du budget à travers son Observatoire de la qualité des services financiers (Oqsf), a organisé, vendredi 20 mai, un atelier de lancement des travaux de l’Enquête nationale sur les services financiers numériques (Esfn), en collaboration avec le Groupe consultatif d’assistance aux pauvres (Cgap), membre du groupe de la Banque Mondiale.

Faty Diago Diouf conseillère technique du ministre de l’économie numérique et des télécommunications a présidé ledit atelier au nom du ministre en charge de l’économie numérique et des télécommunications Yankhoba Diattara. 
  
« La protection des usagers des services financiers numériques s’impose dans un contexte de promotion et de développement, de l’inclusion financière », a déclaré Mme Diouf. 
  
Cette enquête sur les risques liés à l’usage des services financiers numériques pourra constituer, selon elle, une étape dans la mise en place d’un cadre de concertation nationale autour du secteur financier numérique. 
  
Aujourd’hui, dit-elle, l’enjeu n’est pas seulement de fournir des services mais c’est aussi l’inclusion financière et la réduction de la pauvreté. 
  
La disponibilité des services de télécommunications et des services financiers numériques soulève plusieurs problématiques pour l’autorité gouvernementale parce que, confie-t-elle, l’une de nos missions régaliennes est l’accessibilité, la disponibilité des services pour tous et sur tout le territoire national avec une bonne qualité. 
  
« Nous sommes régulièrement saisis par les consommateurs qui sont préoccupés par la sécurité, l’accès et la qualité des services. », souligne Mme Diouf. 
  
Pour elle, « cette enquête, de par ses résultats, sera une base pour l’aide à la prise de décisions parce que ce sont des données scientifiques qui seront récoltées et pourront nous permettre d’adresser les problématiques de protection des consommateurs, de renforcement des capacités des fintechs et des fournisseurs de services etc ». 
  
Aussi, note la conseillère technique du ministre en charge de l’économie numérique et des télécommunications, l’enquête pourra, également permettre d’équilibrer la concurrence car si elle n’est pas équilibrée entre les différents opérateurs et les fournisseurs de services, cela va se répercuter sur la qualité et l’abordabilité du service offert au consommateur.