jeudi, février 2, 2023

Ce qu’il faut savoir sur l’exposition du public aux Rayonnements Non Ionisants (RNI)

0 commentaire

Les communications électroniques sans fil occupent une place prépondérante dans le quotidien des personnes, pour des usages et applications domestiques, professionnels et industriels. Elles sont réalisées par des émetteurs et récepteurs d’ondes radio utilisant le spectre de fréquences radioélectriques et des antennes, sources génératrices des rayonnements non ionisants (RNI).

La téléphonie mobile, avec la prolifération induite par l’évolution technologique (les objets connectés, la 4G et la 5G), est de loin la source de RNI la plus répandue statistiquement et géographiquement. Les usagers s’interrogent souvent sur l’impact et l’effet des ondes électromagnétiques sur la santé.

La perception et la persistance de facteurs de risque subjectifs pouvant constituer un danger de l’exposition des personnes aux champs électromagnétiques suscitent des inquiétudes.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a autorité en matière de santé, a initié et encadré la gestion de la problématique des RNI.
Les travaux relatifs à la recherche, à l’édiction de normes réglementaires et métrologiques ainsi qu’à l’élaboration de recommandations, ont été confiés à l’Union Internationale des Télécommunications, en l’occurrence, la commission d’étude 5 de l’UTT-T et à la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (ICNIRP).
Cette dernière est chargée de définir les restrictions de base et de fixer les niveaux de référence d’émission de champs électromagnétiques par les stations radioélectriques en général et, en particulier, les stations de base et les terminaux mobiles.
L’ICNIRP a ainsi défini le débit d’absorption spécifique (DAS en W/kg pour les terminaux mobiles) admissible et fixé les niveaux de champs électrique et magnétique permissibles pour les émetteurs radioélectriques (E en V/m et H en A/m).
Par conséquent le Sénégal, en adéquation avec les prérogatives et missions régaliennes confiées à l’ARTP conformément à la Loi n°2018-28 du 12 décembre 2018 portant Code des Communications électroniques, s’était engagé à l’instar de la communauté internationale à prendre en charge la problématique de l’évaluation, de la surveillance, du suivi et du respect des niveaux des RNI des stations radioélectriques conformément aux normes et recommandations édictées par l’UIT.
C’est à ce titre que l’ARTP a pris les actions suivantes :

  •  la publication de la décision n°2021-10 du 27 août 2021 fixant les niveaux d’exposition aux champs électromagnétiques des rayonnements non ionisants (RNI) ainsi que les restrictions basiques nationales du Débit d’Absorption Spécifique (DAS), les niveaux de référence nationale par service, les périmètres de sécurité et le protocole d’évaluation des niveaux d’émission de champs électromagnétiques y afférents  ;
  • l’approbation de la décision n°2021-011 du 27 août 2021 définissant les conditions d’agrément préalable des équipements terminaux, des installations radioélectriques et des installateurs ;
  • l’acquisition d’une chaîne de mesures aménagée dans un véhicule, et d’outils de mesure comprenant testeur portable et sondes isotropiques ;
  •  la réalisation d’une campagne d’évaluation des niveaux des RNI par drive test et mesures ponctuelles pour établir la carte radioélectrique nationale et répondre aux demandes de mesures initiées par des citoyens ou inscrites dans ses missions de contrôle de l’utilisation du spectre des radiofréquences ;
  • a tenue d’une rencontre entre le DG de l’ARTP et le Ministre de la santé et de l’Action Sociale qui a été sanctionnée par la mise en place d’un comité qui sera chargé de préparer la restitution publique des résultats de la campagne de mesures RNI et de l’élaborer un projet de protocole entre les deux structures  ;
  •  la mise en place d’un comité technique entre l’ARTP et le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS) en vue d’une meilleure prise en charges des problématiques relatives au RNI.

 

Dans cette dynamique, une campagne d’évaluation des RNI a été effectuée dans les 46 départements du Sénégal, et en particulier dans les zones à forte concentration de personnes et d’antennes-relais.
A l’issue de cette campagne de mesures, un rapport a été élaboré avec des analyses, une synthèse des résultats et des recommandations en ont découlé.

Justement, c’est dans le cadre du processus de gestion des RNI que l’ARTP organise une journée de restitution publique des résultats issus de cette campagne, le jeudi 19 janvier 2023, à partir de 9 heures précise à l’hôtel Radisson BLU, en collaboration avec le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, les pouvoirs publics, les opérateurs, les exploitants de réseau et les associations de consommateurs pour sensibiliser les populations sur les RNI.