jeudi, juillet 18, 2024

Suspension de l’internet mobile au Sénégal : Le Restic compte saisir les juridictions internationales

0 commentaire

Le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Moussa Bocar Thiam a fait cette annonce, ce lundi 31 août. Une décision qui a fait réagir le Rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l’information et de la communication.

« Le RESTIC regrette cette propension de plus en plus marquée de la part de l’autorité à suspendre sinon à restreindre l’internet mobile quel que soit par ailleurs le contexte politique national. L’internet surtout mobile est un outil de travail, la transmission des données via le mobile est essentielle pour toute sorte de transaction dans l’activité économique, il y a plus de flux transactionnel de nos jours sans internet », lit-on dans le communiqué reçu.

Le document d’indiquer que « l’internet mobile ce sont 95% de transactions économiques constatées dans nos économies marquées par la micro-activité dans le secteur informel, c’est donc 17 milliards de FCFA de contribution au PIB du pays chaque jour ». « Le RESTIC invite donc l’Etat et les opérateurs à envisager d’autres outils afin de préserver les droits économiques et sociaux des usagers. Le RESTIC pense à l’écosystème numérique et digital qui voit ses supports et plateformes forcés à l’arrêt.

Le Sénégal est signataire des conventions internationales, Nations Unies notamment sur le droit des citoyens à l’information et se doit de le respecter », ont ajouté les membres.

Sur ce, ils ont soutenu que l’accès à l’information fait partie intégrante de la liberté d’expression et constitue un outil important pour promouvoir l’État de droit, les opportunités économiques, professionnelles et commerciales dans des sociétés fortement interconnectées. « Le RESTIC attend un rétablissement immédiat de l’internet mobile tout en envisageant la possibilité de saisir les institutions communautaires de la CEDEAO et de l’UEMOA notamment. Il exige aux opérateurs de prendre leurs responsabilités »,ont-ils ajouté.