samedi, juillet 20, 2024

L’Université numérique Cheikh Hamidou Kane du Sénégal en quête de ressources pour son développement

0 commentaire

Dans une  interview accordée à l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), le Professeur Moussa Lo, recteur de l’Université numérique Cheikh Hamidou Kane du Sénégal (UN-CHK), a souligné les efforts considérables déployés par l’université pour répondre à ses besoins en constante évolution. Il a notamment évoqué la nécessité de diversifier les ressources financières afin de soutenir la croissance et le fonctionnement de l’établissement.

Face aux contraintes budgétaires persistantes et à la dépendance vis-à-vis des subventions de l’État, le Professeur Moussa Lo a exposé la vision stratégique de l’université, axée sur l’autonomisation financière. « Dans les perspectives du nouveau plan stratégique, il va falloir renforcer les ressources propres parce qu’on ne pourra pas toujours dépendre de la subvention de l’État qui ne suffira jamais de toutes les façons », a-t-il souligné.

En mettant l’accent sur l’insertion professionnelle des apprenants, le recteur a dévoilé des initiatives visant à élargir l’accès à la formation, afin de répondre aux préoccupations croissantes en matière d’employabilité. « Pour prendre en compte certaines de nos préoccupations, notamment l’insertion professionnelle, l’amélioration de l’insertion professionnelle de nos apprenants, nous avons prévu l’ouverture de nos formations à un public beaucoup plus large« , a-t-il expliqué.

Pour concrétiser cette vision, l’UN-CHK travaille en collaboration avec un partenaire technique et financier dans le cadre d’un programme ambitieux de renforcement des compétences numériques et de promotion de l’entrepreneuriat. Ce programme, financé par la Fondation Mastercard sur la période 2022-2026, vise à former 90 000 jeunes dans les métiers du numérique, indépendamment de leur niveau de diplôme.

Le Professeur Moussa Lo a exprimé sa confiance dans les retombées positives de ce programme, soulignant que déjà 10 000 jeunes ont été certifiés, dont 4 000 ont été intégrés avec succès sur le marché du travail. Il a également partagé sa vision à long terme pour l’université, la voyant potentiellement devenir « la plus grande université d’Afrique » dans les dix prochaines années, grâce à sa dynamique et à ses partenariats nationaux et internationaux.