jeudi, juillet 7, 2022

Cours en ligne: les étudiants rejettent les propositions de Cheikh Omar Hann

1 commentaire

Hier, nous vous informions que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation compte mettre à la disposition des étudiants des pass internet allant de 6 à 10Go afin de leur permettre de continuer à suivre les cours en ligne.

Le collectif des amicales des étudiants regroupant les différentes facultés (Fsjp, Flsh, Fst, Faseg et Fmpo) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) désapprouve totalement l’institution des cours en ligne annoncée par leur ministre tutelle, Cheikh Omar Hann. Face à la presse hier, le collectif a émis ses griefs par rapport à ce système. En outre, selon le quotidien L’AS, il propose au ministre Cheikh Omar Hann des pistes de solutions permettant d’éviter une année blanche dans l’enseignement supérieur.

Lire aussi: Les TIC au cœur de l’Enseignement supérieur sénégalais

Les étudiants persistent et signent. Ils rejettent totalement les propositions de leur ministre de tutelle, Cheikh Omar Hann, consistant à mettre en place une plate-forme numérique pour leur permettre de suivre les cours à distance. Face à la presse hier, le collectif des amicales des différentes facultés de l’Université Cheikh Anta Diop dit niet à l’enseignement à distance sans les prérequis.

Abdoulaye Cissé, porte-parole du jour du Collectif, estime que la mise en œuvre de ce système n’est pas à l’ordre du jour. D’autant que, dit-il, ce système comporte plusieurs failles relatives entre autres à l’aboutissement de certains projets de l’utilisation du numérique dans l’enseignement supérieur tels qu’«un étudiant un ordinateur». De plus, souligne-t-il, «le projet smart Sénégal E-learning entre la Chine et le Sénégal n’a pas abouti».

Lire aussi: Université: Une connexion internet allant de 6 à 10 Go pour chaque étudiant

A l’en croire, aucune mesure concrète n’a été prise pour faciliter l’accès universel de tous les étudiants aux contenus pédagogiques. C’est pourquoi, Abdoulaye Cissé et ses amis jugent la proposition du ministre impossible et même discriminatoire. «Les victimes de la fracture numérique sont à égal droit avec les autres et l’Université en tant que service public doit garantir un accès universel et sans discrimination aux contenus pédagogiques à tous les étudiants», indique le sieur Cissé qui déplore le manque de respect et de considération manifeste de l’autorité à l’égard des représentants d’étudiants qui, selon lui, depuis le début du processus, n’ont été associés qu’a titre informatif. «Et que le ministre de l’Enseignement supérieur n’est obnubilé et aveuglé que par sa volonté d’assouvir son ambition politique de sauver l’année».

Lire aussi: Avec les MOOCs, suivez gratuitement les cours en ligne des meilleures universités et écoles

Face à cette situation le collectif des amicales de l’Ucad propose aux autorités de mettre à la disposition des étudiants des contenus pédagogiques avec la mise en œuvre de tous les moyens matériels et financiers. «Il faut également leur garantir un accès facile à l’internet, sans discrimination», plaide M. Cissé. Et pour cela, il propose une collaboration avec les communes afin que ces dernières puissent leur faciliter l’accès à l’internet, sans aucun frais.

Par ailleurs, Abdoulaye Cissé et ses camarades exigent, avant toute évaluation, la reprise des cours et des Travaux Dirigés (TD) en présentiel et l’organisation des examens en deux sessions même s’il faut réduire le quantum horaire. «Toutefois, en cas de forcing, nous n’écartons pas de faire usage de tous les voies et moyens pour barrer la route au ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et à toutes les autorités universitaires », avertit le porte-parole du jour, Abdoulaye Cissé.

Avec L’AS